La nutrition

logoManger est un des plaisirs de la vie, bien manger est un bonheur ! Mais il ne faut pas oublier que nous mangeons avant tout pour apporter des matériaux de construction à notre organisme et pour permettre à nos milliards de cellules de bien fonctionner.

Notre corps est le véhicule qui nous permet de traverser la vie, la nourriture est son principal carburant, d'où l'importance de la qualité des aliments ingérés. L'alimentation joue un rôle fondamental pour la santé et le bien-être, autant que pour l'esthétique corporelle : nous sommes ce que nous mangeons.  La connaissance des bases de la diététique saine nous permet de construire notre alimentation en connaissant la composition des aliments (glucides, protéines, lipides, nutriments...), et de l'adapter à nos besoins individuels, variables selon l'âge et l'activité.

Il n'est pas question de « régime » au sens où on l'entend généralement, c'est-à-dire de privation, mais bien d'une hygiène alimentaire à adopter définitivement pour être bien dans son corps, « bien dans sa peau », un art de varier et d'enrichir son alimentation pour l'équilibrer.

L'alimentation quotidienne doit être hypo toxique, c'est-à-dire la plus naturelle possible, pour respecter les besoins nutritionnels de nos cellules. La règle d'Or d'une bonne alimentation, c'est les « 3 V » : vivant, végétal et varié !

 

L'alimentation vivante

On définit 4 sortes d'aliments qui:

I.                 Construisent la vie : les aliments "biogéniques" vivants et biologiques

Les fruits et légumes frais crus, entiers ou en jus, les herbes aromatiques, le miel, le pollen, les graines germées, les algues, les aliments lacto-fermentés (ferments lactiques, choucroute crue, kéfir), les huiles végétales bios 1ère pression à froid, les jus d'herbe d'orge ou de blé

II.               Activent la vie :

Les fruits et légumes frais cuits, les céréales complètes, les légumineuses, les fruits secs et oléagineux, les œufs bios frais crus ou peu cuits, les poissons frais, les fruits de mer, la viande saine crue ou peu cuite, le lait caillé, les fromages frais de brebis ou chèvre, le sucre complet, les épices, les tisanes, le thé vert, la cuisson à la vapeur douce ou à l'étouffée

III.              Ralentissent la vie :

Les aliments trop cuits, les excitants (café, chocolat, thé noir, fromages forts et fermentés), les produits laitiers de vache, les aliments raffinés (sucre blanc, sel blanc, farine blanche, pâtes blanches, huiles raffinées), les margarines et graisses hydrogénées, les aliments industriels...

IV.             Détruisent la vie :

Les aliments aigris, les fruits blets, les fritures et graisses cuites, les additifs alimentaires et édulcorants de synthèse, l'alcool, les sodas, les cuissons longues (détruisent les nutriments) ou qui génèrent des toxines (barbecue), la cuisson au micro-ondes...

Il semble évident que pour rester en bonne santé, il faut privilégier les 2 premières catégories dans l'alimentation quotidienne, car la consommation répétée des 2 dernières aboutit à un encrassement de l'organisme qui fait le lit des maladies dégénératives.

 

L'alimentation quotidienne

Elle doit être très variée, à base de :

  • fruits frais de saison (300g par jour environ), en collation ou au début des repas
  • légumes verts et colorés le plus crus possible, et cuits à la vapeur douce ou à l'étouffée (cuisson sans graisse dans des cocottes ou casseroles à fond épais), pour préserver les vitamines
  • légumes féculents: pomme de terre, patate douce, panais, manioc, igname...
  • céréales complètes ou ½ complètes: riz, quinoa, millet, sarrasin, blé, épeautre, petit épeautre, avoine, orge, seigle, fonio, teff... sous forme de pain, pâtes, graines entières, semoule, farine...
  • légumineuses : lentilles, haricots secs, petits pois, pois cassés, pois chiches, fèves, quinoa...
  • viande et volaille de bonne qualité, peu cuite et sans matières grasses
  • poisson et produits de la mer (huîtres, coquillages) très frais
  • yaourts et fromages frais de brebis et chèvre en petite quantité
  • huiles vierges biologiques "première pression à froid" (olive, colza, noix, germe de blé...)
  • oléagineux (noix, noisettes, amandes, pignons, graines de sésame, lin, tournesol, cajou...)

 

Utiliser le plus possible de produits biologiques et complets (sucre complet, farines complètes, riz complet, etc.) qui apportent les nutriments essentiels dont l'organisme a besoin, ou en provenance de petits producteurs locaux, et contenant le moins d'additifs possible...

Et pour rehausser le goût et apporter des nutriments précieux, utiliser à volonté :

  • herbes aromatiques (persil, ciboulette, basilic, estragon, aneth, menthe, coriandre, cerfeuil, thym, romarin, marjolaine, origan, sauge, sarriette, laurier...)
  • épices pour aromatiser les plats, mais aussi pour leurs vertus spécifiques : le curcuma pour le foie, la digestion et les dyspepsies, les graines de fenouil, l'anis vert, la badiane, le cumin, le carvi agissent sur les ballonnements, les flatulences, les lourdeurs digestives, les baies de genièvre ont une action dépurative et anti-urémique, le gingembre est tonique, stimulant et hypocholestérolémiant, la cannelle antiseptique et antispasmodique, réchauffe et stimule...
  • aromates : ail, oignon, échalote...
  • algues, germe de blé et/ou levure en paillettes, Gomasio (sel au sésame grillé), sel aux herbes ou aux algues, Tamari (sauce de soja)...

 

Boire de l'eau pure, très peu minéralisée (résidus secs compris entre 10 et 120 mg/l), d'un pH de 6 à 6,9,  un rH2 de 24 à 28, avec une résistivité supérieure à 6000 ohms. Comme on a rarement cela à son robinet, les meilleures marques d'eau en bouteille correspondant à ces critères sont l'eau de la Rosée de la Reine et la Montcalm. Un litre par jour en dehors des repas est un minimum pour assurer le fonctionnement métabolique de l'organisme.

 

Quelques conseils à respecter:

  • Manger lentement, à des heures régulières, de préférence dans le calme et la détente, favorise une bonne digestion: le stress empêche de bien digérer.
  • BIEN MASTIQUER, car la digestion commence dans la bouche, surtout celle des glucides.
  • Le repas du matin doit être le plus énergétique pour attaquer la journée, celui du soir doit au contraire être léger pour favoriser un bon sommeil.
  • Eviter certaines associations alimentaires qui nuisent à une bonne digestion. Par exemple, les fruits doivent être consommés de préférence avant ou en dehors des repas, et non à la fin.
  • Etre à l'écoute de ses besoins: l'appétit est notre baromètre. Le corps sait ce qui lui fait du bien, il en "salive" d'avance, et quand il en a assez, ne pas se forcer à finir son assiette.
  • Si l'on a un pouvoir digestif faible, ou un petit appétit, fractionner ses apports quotidiens en 4 ou 5 fois (collation en milieu de matinée et goûter), plutôt qu'en 3 repas.
  • Si l'on a fait un gros repas, une indigestion, ou en période de suralimentation (fêtes, etc.), il est bon de faire une diète hydrique de 12 à 24h en buvant uniquement de l'eau, des tisanes et du bouillon de légumes.
  • Eviter de grignoter à longueur de journée : rien ne fatigue plus le système digestif, sans parler des conséquences que l'on connait sur le surpoids...

 

Les polluants alimentaires

  • Produits administrés aux animaux : hormones, antibiotiques, tranquillisants, médicaments divers
  • Et aux végétaux : pesticides, engrais, herbicides...
  • Irradiation des aliments : ionisation pour détruire les bactéries, moisissures et insectes, ralentir le mûrissement (fruits et légumes),  bloquer la germination (ail, oignon, pomme de terre). Elle détruit les vitamines A, C, E, B1, produit des radicaux libres pro-oxydants et rend certaines molécules toxiques ou cancérigènes.
  • Additifs : colorants, conservateurs, anti-oxygènes, émulsifiants, sels de fonte, épaississants, gélifiants, stabilisants, acidifiants, exhausteurs de goût, correcteurs d'acidité, anti-agglomérants, édulcorants, gaz propulseurs, gaz d'emballage, etc.

Grande prudence avec tous ces produits toxiques à cause de l'effet « cocktail » et de leur accumulation dans l'organisme : lisez bien les étiquettes des produits que vous achetez, et fuyez ceux qui en contiennent!

Manger devrait être un acte d'amour pour notre Etre dans sa globalité : corps, âme, esprit... Bien sûr la convivialité joue un grand rôle dans le plaisir du partage,  la présentation des mets, la décoration de la table ou de l'assiette,  mais même pour soi tout seul, il faut savoir s'offrir ce plaisir du repas comme un moment privilégié, prendre le temps, savourer un plat qui nous fait du bien...

La mastication est fondamentale, car le cerveau analyse toutes les informations données par nos cinq sens : goût (saveurs), odorat (arômes, effluves), vue (couleurs, décor), toucher (texture des aliments), ouïe (le croquant !). Il a besoin d'analyser tout ce qui rentre dans notre bouche, pour organiser une bonne digestion, c'est-à-dire une bonne assimilation et une bonne élimination. La satiété ne dépend pas de la quantité que nous mangeons mais de la façon dont nous mastiquons et savourons en conscience ce que nous mangeons.